that’s the only way i can come

by nora turato

05.12.202024.01.2021

 

 

Nora Turato développe sa recherche artistique autour de la force et de la versatilité du langage et des systèmes de communication. À travers un travail de décodage, l’artiste extrapole des textes et des mots de la société médiatisée et hyper-informatisée dans laquelle nous vivons et compose un inventaire personnel appelé pool. Un registre en cours qui est aussi la source dans laquelle l’artiste puise pour créer ses œuvres : performances parlées, installations et graffitis, dans lesquelles elle transforme les textes en une nouvelle et forte narration, révélant la grande volatilité du langage à une époque où il est souvent déconnecté de sa fonction informative.

À l’occasion de l’exposition du MASI, Nora Turato a conçu une installation composée d’une série de citations partiellement rédigé en italien avec le soutien d’Andrea di Serego Alighieri, qui défilent sur un maxi-écran situé à la fenêtre du premier étage du musée, tandis que certaines des phrases sont publiées sous forme d’affiches. L’œuvre, visible uniquement de l’extérieur, et les affiches dispersées dans les rues de Lugano reflètent une nouvelle façon de communiquer avec les visiteurs, en répondant ainsi de manière originale aux restrictions dues à l’urgence de la pandemie.

  • MASI LAC

  • Piazza Bernardino Luini 6, 6900 Lugano

Biographie

Nora Turato, née en 1991 à Zagreb, en Croatie, vit et travaille à Amsterdam. Elle a étudié à la Gerrit Rietvield Academie, à la Rijksakademie d’Amsterdam et au Werkplaats Typografie d’Arnhem, en Hollande. Ses œuvres et ses performances ont fait l’objet de nombreuses expositions individuelles et collectives, dont l’exposition prévue pour 2021 au Studio Now, MoMA, New York et les expositions individuelles les plus récentes : à Paris dans le cadre du festival MOVE2020, Centre Pompidou (2020) ; au MGK Walls, Museum für Gegenwartskunst, Siegen (2020) ; et au Kunstmuseum Liechtenstein, Vaduz (2019). Parmi les expositions collectives, citons celles du MACRO, Rome (2020) ; de l’Institute of Contemporary Arts, Londres (2019) ; du Luma Westbau, Zurich (2019) ; de Manifesta 12, Palerme (2018) et du Musée d’art contemporain de Serralves, Porto (2018).